Félix ou les derniers jours d’un condamné du block 28. HKB d‘Auschwitz I Stammlager, août 1942 (1)

Article publié (en trois parties) avec l’aimable autorisation de monsieur Pierre Spielvogel.

1.

     Pierre Spielvogel est né après la guerre. Depuis plusieurs mois, à deux pas de sa retraite, il s’est lancé dans cette longue, douloureuse et patiente recherche sur sa famille pendant la Shoah.  Il est fils d’un déporté juif échappé miraculeusement du convoi n°51 en sautant du train avant la frontière allemande début mars 1943.

     Pierre avait repéré mon article sur ce convoi avant de me contacter pendant l’été 2016.  Notre correspondance commençait et me révélait ses récentes découvertes, comme ses interrogations, sur la trajectoire d’Élie-Eliasz, son père, et d’autres membres de sa famille. Depuis, il me demande des conseils pour ses recherches, des lieux archivistiques à cibler ou des personnes à contacter, happé  comme on peut l’être quand on veut démêler les écheveaux d’un passé tragique, si loin et si proche. Pierre retrace donc patiemment  l’histoire  murmurée par ses parents en tentant de retrouver les pièces d’un puzzle dispersé par les déflagrations d’une histoire monstrueuse qu’il écrira un jour, j’en suis sûr. Nos échanges épistolaires se sont prolongés par une rencontre récente. Nous avons appris à nous apprécier et à nous tutoyer.

      Pierre me parlait également d’un oncle, frère aîné de son père. Il s’appelait Félix-Feitel Spielvogel. Il était né en 1920 à Tarnow (en Pologne). A l’âge de 6 ans il arriva en France avec ses parents et ses plus jeunes frères et sœur. Leur père, Jacob, était chapelier. Ils s’installèrent à Ivry-sur-Seine, puis à Alfortville (Val-de-Marne actuel) et enfin à Paris dans le IIIe peu de temps avant le second conflit mondial.

Felix et Elie Spielvogel 1940-41

Félix (à gauche) et Élie Spielvogel quelques temps avant l’arrestation du frère aîné le 20 aout 1941.               [source :  famille Spielvogel].

        A l’adolescence, Félix fut mis en apprentissage pour devenir tailleur. Il n’avait pas 21 ans quand le 20 août 1941 il fut pris dans la rafle du XIe arrondissement alors qu’il faisait une course pour son père. C’était la seconde rafle des Juifs en France après celle du 14 mai 1941, toujours dans la capitale. Le jeune homme eut alors le destin tragique de la plupart des Juifs arrêtés ce jour-là, dont celui d’Adolphe-Avraham Liwer qui vivait à Crouy [près de Soissons, oncle de Lisette pour les lecteurs avertis de ce blog]. Du 20 au 25 août 1941 plus de 4000 Juifs, que des hommes âgés de 18 à 50 ans, ont été pris au piège de la collaboration des polices françaises et allemandes. Ils furent envoyés en autobus vers un nouveau camp en banlieue pour des internés raciaux. Les autorités françaises les installèrent dans une quasi-improvisation et dans des conditions déplorables : c’était le camp de Drancy. Félix comme Adolphe et beaucoup des raflés d’aout 41 ont été sélectionnés presque un an après pour le convoi n°3 du 22 juin 1942, le premier à partir de la gare Bourget-Drancy.

fiche internement Drancy Felix Spielvogel
Fiche d’internement au camp de Drancy de Félix Spielvogel [Source : Archives Nationales F9]. La date en bas de la fiche indique son arrivée au camp de Drancy, le jour même de la rafle du 20 aout 1941. Sa nationalité est « indét. » indéterminé c’est à dire apatride, aux yeux des autorités. La date en haut de la fiche indique la date de son convoi de déportation. La croix a été annotée a posteriori, après la libération du camp de Drancy quand le nouveau gouvernement de la République en 1945 tentait de retrouver les déportés. Au verso de cette fiche est indiqué un document (retrouvé à Auschwitz) qui prouve le décès de Félix Spielvogel.

      Ayant déjà beaucoup travaillé sur ce transport et l’effroyable été 42 à Auschwitz I Stammlager, j’avais vivement encouragé mon interlocuteur à écrire aux archivistes du Musée d’État du camp. J’expliquai à Pierre que de rares registres avaient passé outre les brasiers SS au moment de l’évacuation du complexe concentrationnaire d’Auschwitz en janvier 1945.  De plus, j’avais repéré, en ligne, la conservation de quatre documents mentionnant le nom de Félix-Feitel Spielvogel ! Beaucoup d’enfants de déportés que j’ai rencontrés, pensaient, trop souvent à raison, que leurs parents ont été mis dans des wagons à bestiaux pour être immédiatement gazés à leur arrivée. Mais parfois, les faits se sont passés autrement. Une minorité d’entre eux a emprunté d’autres sentiers de misères qui menèrent plus tardivement, hélas, au même endroit : le crématoire. Pour Pierre, comme pour tous ces enfants ou descendants de déportés, c’est un courage inouï que de découvrir la vérité quand elle peut s’exprimer.

      Quelques jours après avoir encouragé Pierre à rédiger une requête aux archivistes du camp, il m’écrit :

Bonjour Stéphane, Voici ce que je viens à l’instant de recevoir de la part des archives du musée d’État d’Auschwitz. Je me permets de solliciter de nouveau ton aide pour les décrypter et savoir les interpréter.D’avance merci et bien à toi, Pierre.

Suite : lire la 2è partie

A propos Stéphane Amélineau

Professeur documentaliste au lycée de Saint-Rémy à Soissons (02- Aisne), depuis 2007.
Cet article a été publié dans Famille Spielvogel, Recherches historiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Félix ou les derniers jours d’un condamné du block 28. HKB d‘Auschwitz I Stammlager, août 1942 (1)

  1. Ping : Félix ou les derniers jours d’un condamné du block 28. HKB d‘Auschwitz I Stammlager, août 1942 | itinéraires de Mémoire sur la Shoah

  2. Ping : Félix ou les derniers jours d’un condamné du block 28. HKB d‘Auschwitz I Stammlager, août 1942 (3) | itinéraires de Mémoire sur la Shoah

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s