Les Orphelins de La Varenne (juillet 1944)

Pour la troisième fois en 25 ans,  un courrier reçu d’un collège du Doubs m’a fait rouvrir les pages sombres de la tragédie des orphelins de La Varenne. C’est ce qu’explique ce diaporama en ligne afin d’aider au mieux mes collègues et leurs élèves de cet établissement sur ce drame de juillet 1944 en banlieue parisienne.
(Cliquez sur l’image pour accéder au diaporama en ligne)

Capture

A propos Stéphane Amélineau

Professeur documentaliste : Lycée ITG Val-de-Beauté à Joinville-le-Pont (94 - Val-de-Marne) de 1994 à 2001. Lycée Françoise Cabrini à Noisy-le-Grand (93 - Seine-Saint-Denis) de 2001 à 2007. Lycée de Saint-Rémy à Soissons (02- Aisne) de 2007 à 2018. Collège-Lycée Saint-Joseph à Château-Thierry (02 - Aisne) depuis 2018.
Cet article, publié dans Actualités, Les enfants de la crèmerie Ardourel, Recherches historiques, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les Orphelins de La Varenne (juillet 1944)

  1. Armand Ajzenberg dit :

    Cher Stéphane Amélineau,
    Merci pour vos travaux de mémoire. Mou même de 1942 à 146 j’ai été un enfant caché dans l’Aisne, près de Soissons.
    L’article qui suit, qui devrait être prochainement publié par le journal L’Humanité vous intéressera peut-être ? Bonne lecture;
    Amicalement.
    Armand Ajzenberg

    1
    JETONS LE VOILE SUR L’EXPRESSION « RÉGIME DE VICHY »…
    ET AIMONS-NOUS, VICHYSTES ET RÉPUBLICAINS ?
    Le Mémorial de la Shoah a pris cette décision bizarre d’effectuer un tri parmi les juifs devant
    êtres ou ne pas êtres sur le Mur des Noms. « Il ne s’agit absolument pas d’un choix parmi les
    victimes qui aurait été officiellement effectué par la France, ce qui constitue pour tous un
    soulagement » m’a écrit l’historienne Johanna Lehr. Certes. Cependant, l’État français, la
    ville de Paris, la Région parisienne, entre autres, moi-même modestement, subventionnons le
    Mémorial. Il fait un travail important de mémoire, c’est indéniable. Ne faire figurer sur ce
    Mur des Noms que les victimes ayant été déportées et mortes hors de France constitue à mes
    yeux un travail de sélection, injuste et inhumain. C’est une décision du Mémorial de la Shoah,
    prise par je ne sais qui ? Peut-être le comité scientifique composé d’historiens a-t-il joué alors
    le rôle de « Conseiller du Prince » ?
    En tout cas, c’est me semble-t-il une décision politique. Les victimes déportées figurant sur le
    Mur des Noms ont toutes été assassinées dans des camps administrés par les allemands. Les
    autres, mortes assassinées (parfois après avoir été déportées) ou mortes avant d’être déportées,
    l’ont été dans des camps administrés par des français. C’était le cas pour le camp de Drancy,
    mais aussi pour ceux de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande, notamment. C’était encore le cas
    pour les juifs morts, parmi beaucoup d’autres, dans les hôpitaux psychiatriques qui sous le
    régime de Vichy étaient devenus des camps d’internement. C’est en ce sens, car morts dans
    un camp d’internement français, que la décision de ne pas faire figurer les morts de ces
    camps-là sur le Mur des Noms est une décision politique.
    C’est ce qu’il fallait taire : l’administration de ces camps par des français. Pourtant, on peut
    lire sur le site en ligne « Mémoires croisées » ceci : « Les camps de Pithiviers et de Beaunela-
    Rolande sont la concrétisation de la politique antisémite et de collaboration engagée par
    le régime de Vichy dès son arrivée au pouvoir. Un décret du 4 octobre 1940, signé par
    Pétain, a permis d’interner « les ressortissants étrangers de race juive » dans des camps
    spéciaux, sur simple décision préfectorale et sans motif. Le « statut des juifs », paru la veille,
    avait donné une définition « française » – qui n’est pas la même que celle des nazis – de la
    « race juive » et édicté les premières interdictions professionnelles (fonction publique, presse,
    cinéma…).
    En mars-avril 1941, cette politique de persécution antisémite, marquée en particulier par la
    création du Commissariat Général aux Questions Juives, s’intensifie sous les pressions
    allemandes, auxquelles le gouvernement cède en organisant l’internement de 5 000 juifs de la
    région parisienne ».
    Politique, la décision de ne pas inscrire sur le Mur des Noms du Mémorial de la Shoah ne
    l’est pas moins s’agissant de juifs engagés dans la Résistance, qui ensuite furent pour cela
    arrêtés, morts en déportation ou qui, pas forcément résistants, servirent d’otages de
    représailles à l’exemple de ces 47 internés juifs de Drancy emmenés au Mont-Valérien en
    décembre 1941 où ils seront fusillés. N’étaient-ils pas aussi, parce que juifs, victimes de
    mesures de persécution ? Non, les résistants juifs, arrêtés, déportés et morts, eux ils étaient
    avant tout, des déportés par répression.
    « Le moment n’est-il pas venu de jeter le voile, d’oublier le temps où les français ne
    s’aimaient pas, s’entre-déchiraient et même s’entre-tuaient » nous disait Georges Pompidou
    en 1972. Taisons les noms des résistants juifs morts en déportation ou fusillés, taisons les
    noms des juifs morts dans les camps de Drancy, Pithiviers et Beaune-la-Rolande avant qu’ils
    2
    ne partent pour Auschwitz ou d’autres destinations. Interdisons-nous de les inscrire sur le Mur
    des Noms semble être la réponse du Mémorial de la Shoah à cette déclaration de Georges
    Pompidou.
    Un événement à propos de ces interdits est révélateur et significatif : « Le régime de Vichy »
    pourrait disparaître des écrits du Mémorial de la Shoah. C’est ce qu’écrivait, le 8 février
    dernier, l’hebdomadaire Le Point, reprenant une révélation du journal La Montagne.
    « Certaines villes – Drancy, Pithiviers, Beaune-la-Rolande ainsi que Vichy – sont marquées
    au fer rouge par l’histoire de la Seconde Guerre mondiale alors que le choix du lieu revenait
    aux nazis ou aux autorités départementales » écrivit Jacques Fredj, directeur du Mémorial de
    la Shoah, en réponse à un courrier du Maire de Vichy lui demandant de supprimer cette
    expression des écrits du Mémorial. Cela est étonnant, alors que tant de villes ayant été l’objet
    de faits marquants de l’histoire sont définitivement associées à ces faits. Exemples : Montoire,
    Munich, Nuremberg…
    Et Jacques Fredj ajoutait : « Quatre-vingts ans après l’avènement du pétainisme dans notre
    pays, je pense qu’il est temps d’abandonner ces formules ». Dans un second courrier au Maire
    de Vichy, certains articles de presse ayant été mal interprété selon Jacques Fredj, il
    s’engageait à mettre en débat au sein du conseil scientifique du Mémorial l’utilisation de la
    dénomination « régime de Vichy » lorsque surviendra la refonte du site internet du Mémorial.
    Il est curieux que la décision de supprimer ou pas l’expression en question soit confiée à des
    historiens. Est-ce à des historiens de décider du sort d’une thèse politique ? Où la manière de
    qualifier aujourd’hui ce régime est révélatrice d’une idéologie gouvernant des historiens. Il y
    a d’un côté ceux témoins à charge contre ce régime de Vichy, et de l’autre ceux s’en faisant
    les avocats à décharge. Le conseil scientifique, formé d’historiens, du Mémorial de la Shoah
    semble pencher du côté des seconds. Et le Directeur du Mémorial de la Shoah semble se plier
    à leurs vues.
    Ce qui précède est de ma part une tentative de compréhension et d’explication des positions
    des dirigeants du Mémorial de la Shoah quant à la non-inscription sur le Mur des Noms de
    juifs, morts, ayant subis la seule persécution des autorités françaises vichystes.

    • Stéphane Amélineau dit :

      Bonjour monsieur Armand Ajzenberg
      Merci beaucoup à vous pour votre aimable commentaire et la teneur de l’article à paraître. Je serais très honoré de converser avec vous si vous l’acceptez. Vous pouvez m’écrire à steph.amelineau@gmail.com
      Cordialement
      Stéphane Amélineau

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s