De collèges en lycées, de conférences en ateliers : contre le racisme et l’antisémitisme à travers une histoire locale de la Shoah

14 établissements, 36 classes, m’ont fait l’honneur cette année scolaire de m’inviter jusqu’au mois de juin 2019. Rencontrer ces jeunes de l’académie d’Amiens dans le cadre de mes conférences sur la Shoah à travers l’histoire d’une famille, d’un lieu, d’un groupe d’amis ; échanger avec eux, proposer des activités pédagogiques à partir d’une étude d’archives publiques ou privées des victimes de la Shoah dans l’Aisne avec leurs professeurs est un enrichissement réciproque.

900 élèves environ auront ainsi reçu un approfondissement, et j’aime à croire, une indignation sur les conséquences d’une politique raciste et antisémite, élevée au rang d’annihilation systématique et industrielle sur un continent entier, à travers des visages bien identifiés, de leur âge.  Aussi, la restitution que me transmettent les enseignants suite à mes interventions, est pour moi un moyen de mieux appréhender les réactions des jeunes et saisir l’essentiel du message qu’ils retiennent.

Depuis que j’enseigne à Château-Thierry, et lorsque je reviens à Soissons pour rencontrer des élèves des établissements scolaires de la ville, mon déplacement revêt une émotion bien singulière après toutes ces années de recherches et de rencontres inoubliables.  En particulier au collège Lamartine où monsieur Coquet (professeur documentaliste) et madame Fourcade (professeur d’histoire et dont une de ses filles avait fait partie de mes élèves qui en 2011-2012 avaient débuté avec moi l’enquête sur la persécution des Juifs de Soissons pendant l’Occupation) m’ont invité pour la deuxième année consécutive. Pour cette seconde rencontre, je souhaitais raconter aux élèves ce qui s’était déroulé à 200 mètres de leur collège, au 27 rue du château d’Albâtre, pour un couple juif et leurs six enfants dans l’irréparable nuit du 19/20 juillet 1942 : la famille Lewkowicz.

Pour cette rencontre, ces professeurs ont fait un travail de préparation remarquable ! A travers des activités de recherche en classe sur des archives que j’avais transmises concernant le destin de six juifs de Soissons pendant la Shoah, les élèves se sont merveilleusement transformés en apprentis historiens, tels des détectives scrupuleux pour comprendre les raisons et les conditions d’un crime d’État et génocidaire.

Monsieur Coquet me fait l’honneur de restituer ce travail avec la classe de 3è A (2018/2019) en réalisant ce petit documentaire vidéo.

A propos Stéphane Amélineau

Professeur documentaliste : Lycée ITG Val-de-Beauté à Joinville-le-Pont (94 - Val-de-Marne) de 1994 à 2001. Lycée Françoise Cabrini à Noisy-le-Grand (93 - Seine-Saint-Denis) de 2001 à 2007. Lycée de Saint-Rémy à Soissons (02- Aisne) de 2007 à 2018. Collège-Lycée Saint-Joseph à Château-Thierry (02 - Aisne) depuis 2018.
Cet article a été publié dans Activités pédagogiques, Actualités, Famille Lewkowicz-Herzslikowitz-Bouldoiree. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour De collèges en lycées, de conférences en ateliers : contre le racisme et l’antisémitisme à travers une histoire locale de la Shoah

  1. catherine.faupier@free.fr dit :

    Bonjour Mon Steph.

    Peux-tu changer mon adresse mail en catherine.faupier@gmail.com.

    Un grand merci et bonne journée.0

    Bisous.

    Cat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s